06 Conférence de Bretton Woods

Le 22 Juillet 1944: Bretton Woods

brentton-wood (11)Ici ne sont pas traités les aspects structurels de la conférence de Bretton Woods, comme la création du FMI, ou la Banque Mondiale. Cela a une importance, bien sûr, mais ce n’est pas l’angle sous lequel la conférence de Bretton Woods doit être abordée, mais du point de vue de l’or.

Possédant environ deux tiers du stock d’or du Monde, acquis par la vente d’armes, ou par la non restitution des stocks confiés, les États-Unis organisent une conférence internationale (peuvent-ils faire autrement ??) afin de régler (les différents) et harmoniser les relations monétaires entre les pays du monde « libre ».

La fin de la guerre étant proche, ils veulent aussi anticiper sur le changement de leur économie de guerre en une économie de paix. Ce sera le rôle du plan Marshall.

Bretton Woods, a donc la prétention de mettre en place un système monétaire international, régissant les échanges du monde « libre ».

Le noyau dur de ce système est que seul le dollar est convertible en or. Ce principe découle du fait que les États-Unis possèdent la quasi totalité de l’or du monde « libre ». En définissant et en imposant une parité unique entre le dollar US et l’or, ils maîtrisent l’ensemble des échanges internationaux, non dans leur qualité, mais dans leur volume, et dans leur finalité. Ainsi avec l’or qui ne leur appartient pas (en totalité), il émettent des dollars dont ils vont inonder le monde « libre » et les pays voulant accéder à cette « liberté », en accordant des prêts, ce qui est le début de l’asservissement.

brentton-wood (6)Bretton Woods est la mise en place d’une véritable colonisation d’un genre nouveau, auquel participe le représentant français, Pierre Mandes France, envoyé par Charles de Gaulle, qui ne veut pas s’occuper de ces aspects monétaires. Vingt ans plus tard il regrettera de ne pas s’être penché sur le problème personnellement.

Bretton Woods, c’est la monétisation du plus grand hold-up à double face que l’histoire ait eu l’audace de produire. Double face car d’une part les États-Unis conservent l’or qui leur a été confié.

D’autre part, les américains décident lors de cette conférence, que l’once d’or vaudra 35 dollars, référence qui définit donc les conditions de la création des dollars.

Autrement dit, lors d’échanges internationaux, à chaque fois qu’un pays possède des dollars, il peut les convertir en or; pour ce faire, il s’adresse aux États-Unis qui lui restituent la valeur en or des dollars que le pays présente. En respectant le principe des accords signés, la Banque Fédérale des États-Unis doit dans le même temps détruire le nombre de dollars qu’elle a encaissés, puisque la contrepartie des dollars (c’est à dire l’or) est transférée dans une banque étrangère !

Or, les États-Unis ne le feront jamais: c’est la deuxième face du hold-up : ils dévaluent de facto, la monnaie qui sert aux échanges internationaux sans que la communauté du monde « libre » ne le sache. Seul de Gaulle saura réagir nous le verrons plus loin.

En résumé, cette conférence implique les nations du monde « libre » dans des règles du jeu qui définissent les États-Unis comme nation dominante. Le dollar devient une monnaie transnationale, elle sert dans les échanges internationaux mais pour cela il faut en disposer. Le prêt est l’outil qui va servir à diffuser cette monnaie dans le monde « libre ». Se constituent alors des relations de dépendance, des relations de dominés/dominants. Ce que d’aucun appelle le « monde libre », est un monde redevenu archaïque avec un suzerain et ses vassaux.

C’est une politique de néo-colonisation.

Mais c’est une politique qui ne peut pas s’exercer durablement s’il n’y a pas d’emprise sur la culture des nations qui constituent le monde dit « libre ». Nous allons voir que les États-Unis savent allier les deux secteurs: la finance et la culture.

Dominique MICHEL – Extrait de l’essai: Crise de la dette, crime contre l’humanité


Un commentaire sur “06 Conférence de Bretton Woods

  1. Pingback: 05 L’évacuation africaine | Syndicat De Lutte Contre Les banques

Les commentaires sont fermés.